Photo: Eveline Perroud, La Chaux-de-Fonds

Biographie

Je vis et travaille dans les montagnes neuchâteloises à La Chaux-de-Fonds.
Valaisanne d’origine je suis née à Bienne en 1945.
Après les année d’école suit une année au-pair à Lausanne.
Consécutif à une formation commerciale, j’ai travaillé quelques années au Tessin et aussi, pour une brève période, en Italie.
Au début des années septante je retourne à Bienne.
Début de la peinture en autodidacte et à partir de l’automne 1989 suivent deux ans dans l’atelier du peintre Hansjörg Aenis à Bâle, ce qui a conduit à un déménagement dans cette belle région avec sa grande ville.
Dès 1993 j’expose régulièrement dans des galeries.
Mon travail avec le verre débute en 2001.
Prenant ma retraite anticipé en 2004 je déménage à La Chaux-de-Fonds, ville pour laquelle j’ai tout de suite flashé lors d’une visite précédente. C’est ici que je découvre la gravure en 2008.
Ma connaissance des différentes matériaux stimule mon envie d’expérimenter et dès 2016 je commence a créer des tableaux-objets sur du métal (laiton ou cuivre).
Membre actif Visarte.

 

 

Artiste-peintre de la lumière, Christine Supersaxo s’exprime par les couleurs parfois puissantes ou transparentes, sur la base des formes élémentaires, carrés, rectangles, cercles, pour retranscrire une certaine spiritualité, le dehors et le dedans, le ciel et la terre. Elle expose ses peintures depuis 1993 et dès 2001 crée également des sculptures en verre, son matériau de prédilection, qui captent et diffusent le but de sa recherche : la lumière.

                                                                                                                                – Nicole Guerne
Galerie Artemis

 

La forme, spiritualisée

La couleur, c’est l’ange de la lumière, ont dit des philosophes orientales, et le même rapport existe entre l’esprit et le corps : la forme est l’ange de l’esprit qui veut se représenter. Christine Supersaxo choisit des formes élémentaires – carrés, rectangles, cercles, ellipses –, auxquelles elle assigne des couleurs, arrangeant tous en manière adroite dans l’espace. Dans ses peintures se rencontrent le dehors et le dedans, le ciel et la terre, chockma (l’esprit) et binah (la forme). Binah dans la cabala juive est la grande mère qui commande le « pilier de la sévérité ». De même, les peintures de Christine sont sévères et ont de la force, parce qu’elles sont peintes dans des couleurs fortes et originelles. Ils se tiennent en dehors du temps et du langage. Souvent l’artiste a créé des « tableaux jumeaux » – deux avec des grands cercles noir qui étaient accrochés dans un salon d’une vieille maison a St-Gall se regardent maintenant dans un appartement en attique près de Zurich, et le floutage des bords des cercles les fait vibrer, les fait vivre. Deux peintures élancées et hautes, avec des rectangles d’un bleu profond et en noir décorent un appartement en Allemagne pas loin du Rhin : la surface du bleu montre des veines comme la peau, et c’est beau comme tout l’arrangement du bleu-noir. Souvent les peintures de Christine sont les âmes des espaces dans lesquelles ils se trouvent.

– Manfred Poser